La pyrale du buis : Stratégies de lutte
La pyrale du buis : Stratégies de lutte

La pyrale du buis : Stratégies de lutte

La pyrale du buis : Stratégies de lutte

Il existe plusieurs stratégies de luttes contre la pyrale du buis cependant dans un premier temps pour lutter contre ce ravageur, il est important de contrôler régulièrement à partir du mois de mars, le feuillage, afin de déceler au plus tôt une éventuelle présence de chenilles ou de déjections verdâtres. Selon leur quantité les chenilles peuvent être récupérées à la main pour être détruites.

Si l’ensemble de la plante ou des rameaux entiers sont touchés, il faut les éliminer en s’assurant qu’ils soient incinérés ou finement hachés. La mise en place de
pièges à phéromones pour attirer les papillons mâles est une mesure de détection précoce, qui permet également d’optimiser les dates de traitement.

Lutte et traitement phytosanitaire biologique

  • Le piège à Pyrale du buis est composé d’un système de piégeage (piège à phéromone), associé à un gel attractif ou une capsule utilisant une technologie de phéromone sexuelle spécifique à la pyrale du buis.  Il permet d’attirer et de piéger les papillons mâles, limitant ainsi leur reproduction mais permettant surtout de détecter leur présence et d’identifier les pics des vols. Un outils indispensable pour planifier la mise en place de la lutte.
  • Des traitements biologiques sur larve à base de différentes souches de  Bacillus thuringiensis notamment subsp. kurstaki sont très efficaces. Peu après leur ingestion par les chenilles, les cristaux se dissolvent et se transforment en toxines qui se fixent sur les parois de l’intestin qui devient poreux. En quelques heures, les larves arrêtent de se nourrir et meurent 24 à 72 heures plus tard. Les chenilles se liquéfient et deviennent marron. Elles restent suspendues au feuillage.

Les insecticides contenant cette matière active sont utilisables en agriculture biologique. Leur substance se dégrade aux rayons U.V c’est pourquoi l’application doit se faire idéalement en conditions favorables d’hygrométrie et d’ensoleillement (le matin ou le soir, par temps humide sans ruissellement) .

Le Bacillus thuringiensis est sans danger pour les humains et les animaux, toutefois n’étant pas sélectif des lépidoptères, veillez à ne pas traiter sur des plantes en fleurs ou à proximité de lieux de vie d’insectes pollinisateurs auxiliaires. On peut trouver ce produit dans toutes les jardineries .

Autres moyens de lutte:

  • La mésange et autres passereaux serait des prédateurs présentant une certaine efficacité face à la pyrale, combiné à d’autres moyens de contrôle, il serait donc intéressant d’installer des nichoirs à mésange à proximité des buis.
  • L’on peut aussi installer des filets anti insectes (insect-proof) sur les buis. C’est le moyen mécanique le plus efficace mais cela nécessite une certaine logistique. Le coté esthétique en pâti.
  • Des études menées par l’INRA sur une micro-guêpe (Trichogramme) capable de parasiter les œufs des pyrales sont concluantes. (Projet SaveBuxus : Plante et Cité en collaboration avec l’INRA et la société KOPPERT). Ces diffuseurs de parasitoïde des oeufs de pyrale sont dores et déjà commercialisés, et peuvent être commandé par internet ( recherche : trichogramme anti pyrale du buis).

Traitement phytosanitaire chimique

Plusieurs traitements insecticides, notamment  à base de pyréthrinoïdes sont efficaces mais non sélectifs. Leurs usages doivent donc être limités et réalisés de façon raisonnée par des applicateurs professionnels ou des personnes en possession du certyphyto (obtenu après une formation).