Xylella fastidiosa

Xylella fastidiosa

Nom vernaculaire : Xylella ; Maladie de Pierce

Agent pathogène : différentes souches de la bactérie du xylème Xylella fastidiosa

Vecteurs : insectes piqueurs-suceurs du xylème, vraisemblablement de la famille des cicadelideae

Plantes hôtes potentielles et avérées : Plus de 350 espèces à ce jour (Polygala, Vigne, Olivier, Agrumes, Prunus, Chêne, Laurier rose, etc.) – voir liste partie ressources.

Origine : Amérique du Sud

Impacts : Dessèchements foliaires, dépérissement, mort des plantes infectées

Xyllela fastidiosa est une bactérie de la famille des Xanthononadaceae qui s’attaque au xylème de nombreuses plantes hôtes, et qui provoque des dessèchements puis la mort du végétal.

Cette bactérie se propage par le biais d’insectes piqueurs-suceurs polyphages, qui se nourrissent de sève brute en piquant le xylème des végétaux, et qui peuvent donc potentiellement véhiculer la bactérie vers une nouvelle plante hôte. La dispersion de cette maladie peut également s’effectuer par le biais d’outils de taille non ou mal désinfectés, ou encore par la multiplication et la circulation de matériel végétal contaminé. Dans de rares cas, on peut également observer une contamination de proche en proche par le biais de « ponts racinaires » (phénomène d’autogreffe entre les racines de plusieurs végétaux accolés).

Cette bactérie a récemment fait l’objet de nombreuses inquiétudes suite à sa détection sur le territoire français. La FREDON Occitanie participe activement aux missions de surveillance du territoire instaurée dans le cadre d’un plan national de surveillance, et fait partie du réseau d’épidémio-surveillance mis en place dès 2015 en France.

olivier-xylella-2
nécroses des tissus du xylème sur Olivier (Italie)
olivier-xylella
Symptômes De Xylella sur oliviers (Italie)

Souches bactériennes , hôtes potentiels et avérés

Il existe 6 souches, ou sous-espèces, de Xylella fastidiosa :

  • Xylella fastidiosa var. multiplex
  • Xylella fastidiosa var. pauca
  • Xylella fastidiosa var. fastidiosa
  • Xylella fastidiosa var. morus
  • Xylella fastidiosa var. sandyi
  • Xylella fastidiosa var. tashke

Chacune de ces sous-espèces possède une biologie légèrement différente, et de ce fait une préférence d’hôte plus ou moins spécifique selon la variété.

En octobre 2013, un premier foyer de Xylella fastidiosa var. pauca a été détecté en Italie dans la région des Pouilles (Lecce) sur Olivier, puis Laurier-Rose, Chêne, Merisier, Polygala myrtifolia, Westringia fructicosa et Acacia saligna.

En France, les premiers foyers ont été détectés en Corse en Juillet 2015 puis en Provence Alpes Côte d’Azur, avec la souche X. fastidiosa var. multiplex. A ce jour, aucun foyer n’a été détecté en Languedoc-Roussillon.

Parmi les différentes plantes définies comme hôtes de Xylella, on note en particulier :

Polygala myrtifolia, Olivier, Vigne, Laurier Rose, Prunus, Romarin, Érable, Chêne, Asperge, Genêt, Lavande, Myrte, Spartium, Citrus, Acacia, Laurier, Caféier…

N.B. Chaque sous-espèce de Xylella possède une préférence et/ou une spécificité d’hôtes.

Pour une liste complète et régulièrement mise à jour, merci de consulter le site internet de la commission européenne.

Les Symptômes

Les symptômes se manifestent par des brunissements et des dessèchements foliaires plus ou moins généralisés, pouvant conduire à la mort de la plante infectée. Ces symptômes ne sont pas caractéristiques de cette maladie, il convient donc en cas de doute de faire réaliser un diagnostic par un inspecteur agréé qui effectuera un diagnostic et un prélèvement pour confirmer ou infirmer la présence de la bactérie.

Un brunissement des tissus vasculaires par X. fastidiosa est également visible sur le bois après une coupe transversale de branche. Attention, on peut le confondre avec d’autres maladies vasculaires comme la verticilliose ou la graphiose de l’orme. Ce type de dégât peut également résulter d’un complexe parasitaire formé par la bactériose avec d’autres agents pathogènes. En cas de doute, contacter la FREDON-OC ou la DRAAF/SRAL Occitanie. Seul un laboratoire d’analyses phytosanitaires agréé peut identifier officiellement cette bactérie.

Que faire si j’observe des symptômes de la maladie ?

Dans tous les cas, en cas d’observation de symptômes de la maladie, il faut marquer les arbres et les signaler rapidement aux services compétents : au Service Régional de l’Alimentation (SRAL) ou aux Fédérations de Lutte contre les Organismes Nuisibles (FREDON et FDGDON). Ces organismes sont chargés de de la surveillance (confirmation de la présence de la maladie) et ils coordonnent la lutte contre cet agent pathogène.

BLSelmlg
Jaunissement nécrotique causé par Xylella sur Orme
xyl-olivier-2
Déssèchement foliaire sur Olivier causé par Xylella

Les moyens de lutte

A ce jour, la seule et unique méthode de lutte consiste à arracher et à détruire les végétaux contaminés. Ainsi, on privilégiera les méthodes préventives pour éviter l’importation et la dissémination de ce ravageur.

  • Prophylaxie

– Éviter les importations de plants contaminés (notamment de régions reconnues comme contaminées)

– Assainir par arrachage et brûler tout arbre identifié comme contaminé par la bactérie afin d’éviter sa dispersion

Les mesures spécifiques à mettre en place afin de limiter la dispersion de cette maladie sont précisées dans la décision d’exécution 2016/764/UE de la commission du 12 mai 2016 modifiant la décision d’exécution 2015/789/UE.

Réglementation

Xylella fastidiosa est un organisme de quarantaine réglementé au niveau européen (Directive 2000/29/CE, annexe IA1). Cette bactérie est listée dans l’arrêté du 24 mai 2006 comme organisme nuisible dont l’introduction et la dissémination au sein de l’Union Européenne sont interdites. Il s’agit d’un danger sanitaire de première catégorie (Arrêté du 15 décembre 2014). Au titre de l’Annexe A de l’arrêté du 31 juillet 2000, il s’agit d’un organisme de lutte obligatoire en tout lieu et de façon permanente sur tout le territoire français.

Suite au foyer identifié en Italie, deux décision de la Commission (2014/87/CE et 2014/497/CE) ont été adoptées afin de renforcer la surveillance du pathogène en Europe. Cette décision à été suivie par la décision d’exécution 2015/789/CE du 18 Mai 2015, complétée par la décision 2015/2417/CE du 17 décembre 2015, et l’arrêté ministériel d’application du 23/12/2015 modifié, précisant les mesures de lutte contre la bactérie Xylella fastidiosa.

La décision d’exécution 2016/764/CE de la commission du 12 mai 2016 (pas encore en vigueur) précise également des mesures visant à éviter l’introduction et la propagation dans l’Union de Xylella fastidiosa.

A ce titre, cette réglementation précise notamment les mesures de contrôle visant les végétaux hôtes et spécifiés, les contrôles des végétaux importés aux frontières et les mesures d’éradication à mettre en œuvre. Ainsi, l’importation en France de végétaux sensibles à Xyllela fastidiosa et provenant de zones infectées des pays tiers concernés au sein de l’union est soumise à un contrôle strict.

Afin de renforcer la vigilance des opérateurs et la traçabilité en cas de détection, cette décision modificative exige qu’un passeport phytosanitaire européen (PPE) soit désormais apposé sur tous les végétaux hôtes, qu’ils aient été cultivés ou non dans une zone délimitée (zone d’au moins 10 km autour de cette zone infectée où la présence de Xylella fastidiosa est avérée, dont les contours sont précisés par arrêté préfectoral) de l’Union européenne, lors de leur circulation sur le territoire de l’Union européenne. Ainsi plus de 20 plantes supplémentaires deviennent dorénavant soumises à apposition du PPE : ciste, lavande, romarin, laurier rose, laurier sauce, olivier, pervenche, genêt d’Espagne,… Toutefois, cette exigence n’est pas requise lors de la mise en circulation de ces végétaux vers des utilisateurs finaux n’agissant ni à des fins commerciales, ni à des fins professionnelles et qui acquièrent ces végétaux pour une utilisation personnelle. Ainsi la vente au particulier, client final, d’une plante hôte ne requiert pas l’apposition du PPE.

Il est vivement recommandé de renforcer vos observations sur les végétaux sensibles et de repérer des symptômes de dépérissement qui vous semblent anormaux. En cas de suspicion d’infection par Xylella fastidiosa, alerter les services régionaux chargés de la protection des végétaux (FREDON-OC, DRAAF-SRAL).