Le Papillon du Palmier

Le Papillon du Palmier

Nom vernaculaire : Papillon du palmier

Ravageur : Paysandisia archon, ordre des lépidoptères

Plantes hôtes : Plus de 20 espèces de palmiers : Trachycarpus fortunei, Chamaerops humilis, Phoenix canariensis, …

Impacts : dépérissement et mort des palmiers atteints.

Généralités et cycle de vie

Paysandisia archon est originaire d’Amérique du Sud, il est présent en France depuis 2001. Il a été introduit accidentellement lors de l’importation de palmiers en provenance d’Argentine. Actuellement, aucun prédateur ou parasite n’a été capable de réguler sa population.

L’adulte est un grand papillon diurne dont l’envergure peut aller jusqu’à 11 cm. Son vol a lieu de mai à début octobre. Ses ailes antérieures sont marrons, et ses ailes postérieures sont rouge-orangé avec des taches noires et blanches. Ce ravageur se caractérise par une seule génération annuelle. Un cycle de vie complet peut durer entre un et deux ans.

Une femelle pond entre 150 et 200 œufs sur une durée de 15 jours en moyenne. Les jeunes chenilles, après éclosion, pénètrent rapidement dans les tissus du palmier, creusant des galeries, majoritairement longitudinales, de 20 à 30 cm de long en moyenne. La larve de couleur blanche peut atteindre très rapidement 8 cm de long. Puis la chenille se dirige à la périphérie du stipe et forme son cocon afin d’effectuer sa nymphose.

cycle-paysandisia
Cycle de vie de Paysandisia archon

Impacts

En causant le dépérissement de nombreux palmiers dans le Sud de la France, ce papillon est la cause des dégâts importants sur les arbres ornementaux des particuliers et des collectivités. Sa large gamme d’hôte et l’absence de prédateur ou parasite naturel en font un ravageur préoccupant.

Parmi la vingtaine d’espèces de palmiers susceptibles d’être attaquées, on répertorie :

Brahea edulis, B. armata, Butia yatay, B. capitata, Phoenix canariensis, P. dactylifera, P. sylvestris, P. roeblenii, Chamaerops humilis, Livistona chinensis, L. australis, L. decipiens, L. saribus, Trachycarpus fortunei, Thrithrinax campestris, Washingtonia filifera, W. robusta, Sabal mexicana, S. palmetto, S. minor.

Les palmiers listés agrémentent les jardins et les espaces verts du littoral méditerranéen. Seul le C. humilis appartient à la flore naturelle française.

Symptômes

Les dégâts observés sur palmiers sont dus à la consommation de l’intérieur du stipe par les chenilles de Paysandisia archon. Les premiers symptômes apparaissent plusieurs mois après sa pénétration :

          • Présence de sciure sur le stipe ;

          • perforation des palmes ;

          • observation de galeries de sortie à la base des palmes ;

          • jaunissement prématuré des palmes ;

          • apparition de gomme à l’entrée de la galerie dans le stipe (observable en été);

          • dessèchement et développement anormal des palmes centrales (observable au printemps et en été).

Par la suite, selon la taille, l’âge, l’espèce de palmier et le nombre de chenilles dans le stipe, la plante peut dépérir.

Attention aux confusions : les symptômes de dessèchement et de perforation des palmes peuvent avoir d’autres origines. Il est important de faire confirmer le diagnostic.

ext_paysandisia-5

Oeufs de Paysandisia archon.

paysandisia_larve-1

Chenille de Paysandisia archon.

paysandisia_cocon_nymphe-7

Cocon et nymphe de Paysandisia archon.

paysandisia_galeries

Galeries à la base de la palme, observables à la taille.

paysandisia_galeries_stipe

Galerie dans le stipe.

paysandisia_symptomes-5

Dessèchements foliaires.

perforations-foliaires

Perforations foliaires.

paysandisia-exsudat

Exsudats gommeux observables en été.

paysandisia_palmier_dépérissant_2

Dessèchement et dépérissement du palmier.

Moyens de Lutte

La lutte consiste en une gestion localisée des populations sur un ou plusieurs arbres infectés par différents moyens de lutte (lutte chimique, lutte mécanique, lutte biologique).

Lutte chimique
  • Traitement préventif avec certaines préparation phytopharmaceutiques de la gamme professionnelle autorisées pour l’usage sur « Arbres et arbustes d’ornement * Traitement des parties aériennes * Ravageurs divers ». Renseignez-vous auprès de votre distributeur et sur le site web E-phy.
Lutte mécanique
  • Destruction des sujets dépérissant ou morts avant émergence des adultes ;
  • éviter l’extension du foyer en plaçant des filets anti-grêle blancs sur les arbres ;
  • destruction mécanique des larves et cocons (curetage des galeries) ;
  • application de glu (renseignez-vous auprès d’un applicateur agréé) ;
Lutte biologique
  • Traitement avec des préparations à base de nématodes entomopathogènes de l’espèce Steinernema carpocapsae. Reportez-vous aux indications des distributeurs pour les doses et les périodes d’application à respecter.
  • Traitement avec des préparations sous forme de micro-granulés contenant des spores du champignon entomopathogène Beauveria bassiana (Se reporter à l’annexe de l’arrêté du 5 juin 2009 – le produit est réservé à un usage professionnel).
Que faire si j’observe des symptômes de la présence de ce ravageur ?

En cas d’observation de symptômes de la présence du Paysandisia archon, il faut identifier les palmiers concernés et mettre en place une stratégies de lutte, ou vous rapprocher d’une entreprise apte à réaliser l’assainissement ou l’abatage du ou des arbres infestés.


Le Service Régional de l’Alimentation (SRAL) ou les Fédérations de Lutte contre les Organismes Nuisibles (FREDON et FDGDON) ne coordonnent plus la lutte contre ce ravageur.

Dans des cas d’infestation avancée de sujets de taille importante, il existe un risque pour les biens et les personnes de voir l’arbre céder sous son propre poids et d’engendrer des dégâts lors de sa chute.

En revanche, si votre palmier n’est pas trop atteint, vous pouvez mettre en place des stratégies de lutte si vous voulez le conserver. La décision de conserver votre palmier va dépendre de son état et de l’importance qu’il a pour vous. En effet, toutes les méthodes de lutte ont un coût et elles doivent se réaliser tous les ans, sous peine de voir la contamination reprendre et le palmier mourir.

Les particuliers ont une seule méthode à leur portée, c’est la lutte à base de nématodes. ces produits se vendent dans les jardineries. Vous pouvez aussi faire appel à un professionnel qui peut mettre d’autres stratégies en place.

Avant toute intervention, vérifier que votre palmier est toujours vivant (la présence de feuilles encore vertes n’est pas un gage de viabilité). Les palmes du cœur doivent être solidaires du stipe (tronc), si elles se détachent quand on tire dessus, la survie du palmier est compromise.

4 traitements minimum sont conseillés (2 entre juin et juillet – 2 entre septembre et octobre). Le cœur du palmier doit être préalablement bien humidifié. L’application se fait en suivant les préconisations données sur l’emballage du produit. Ce traitement est à réaliser tous les ans pour pouvoir conserver son palmier. La réussite du traitement dépend de l’état initial du palmier et du taux de pullulation du papillon et de la mise en place de la lutte dans votre quartier. Plus il y a de papillons, moins la lutte est efficace.

Vous retrouverez ci-dessous les références de l’association des applicateurs que vous pouvez contacter pour trouver un professionnel près de chez vous :

Réglementation

En France, la lutte contre le papillon du palmier Paysandisia archon n’est plus obligatoire depuis l’abrogation de l’arrêté du 7 février 2002. Cet organisme nuisible est en revanche classé comme un danger sanitaire de seconde catégorie selon l’arrêté du 15 décembre 2014.