Le charançon de l’agave

Le charançon de l’agave

Nom vernaculaire : Charançon de l’agave

Ravageur : Scyphophorus acupunctatus (Ghyllenhal), coléoptère de la famille des Curculionidae

Plantes hôtes : Agave, Yucca, Draecaena, Dasylirion…

Symptômes : Brunissement de la base des feuilles, nécroses, dépérissements, mort des plantes infestées

Description, cycle de vie, symptômes

Historique

Le charançon de l’Agave est un ravageur récemment émergent en France. Originaire d’Amérique centrale (décrit au Mexique en 1838), il est observé pour la première fois en Europe en 1998 puis sur le territoire français en 2007. Il semble aujourd’hui se propager rapidement dans de nombreuses zones méridionales du territoire métropolitain.

Description

Il s’agit d’un petit coléoptère d’environ 15 mm de long, noir, brillant, au long rostre incurvé et possédant des élytres nervurés. Il apprécie particulièrement les climats chauds et secs, où dans ces conditions il peut réaliser jusqu’à 5 générations successives en une même année. Ses œufs, déposées à l’aisselle des feuilles ou directement dans la tige, vont donner naissance à des larves particulièrement voraces au printemps et durant l’été, qui vont alors s’alimenter des parties charnues de la feuille ou de la tige en creusant des galeries pour migrer la base des plantes infestées.

A la suite de plusieurs stades larvaires, l’insecte va alors tisser un cocon et se transformer en pupe pour se maintenir jusqu’à ce que les conditions propices à sa reproduction soient réunies. Cette attaque par l’insecte, cumulée à diverses infections fongiques et bactériennes opportunistes profitant des blessures pour s’installer, vont provoquer à plus ou moins court terme le dépérissement et la mort des plantes infectées.

On observera ainsi des brunissement de la base des feuilles, des cavités et des pourritures humides à la base de la plante, un dépérissement global puis la mort rapide de la plante infestée.

Dégâts

Ce charançon est responsable de dégâts importants sur les plantes succulentes de la famille des Agavaceae, mais également sur les Yucca, Draecaena et Dasylirion. Il s’agit du principal ravageur en plantations commerciales d’Agaves en Amérique du Sud et en Amérique Centrale, où il provoque rapidement des dégâts importants et la mort des plantes infestées.

Carte des foyers en Occitanie

Sans-titre
Localisation des foyers :

Au 19/09/2017, trois foyers sont identifiés dans les Pyrénées-Orientales.

66 : Collioure, Cerbère, Banyuls-sur-Mer

Plantes hôtes

Parmi les plantes hôtes connues de ce ravageur, nous pouvons citer :

  • Les Agaves : Agave aloifolia, A. americana, A. amaniensis, A. atrovirens, A. attenuata, A. cubensis, A. deserti, A. ferdinandiregis, A. fourcroydes, A. frankeera, A. franzosinni, A. heteracantha, A. ingens, A. mexicana, A. palmeri, A. parryi, A. salmiana, A. schottii, A. sisalana, A. shawii, A. vivipara, …
  • Les Yucca : Yucca aloifolia, Y. elephantipes, Y. glauca, Y.recurvifolia (pendula-glauca),  …
  • Les Fucraea : Fucraea cabuya, F. gigantea, F. tuberosa, …
  • Les Dracaena : Dracaena draco, …
  • Les Polianthes : Polianthes tuberosa, …
  • Les Dasylirion
Que faire si j’observe des symptômes de la présence de ce ravageur ?

Dans tous les cas, en cas d’observation de l’insecte ou de symptômes de la présence de ce ravageur, il faut marquer et localiser les plantes infestées et les signaler rapidement à la FREDON-OC via le formulaire de signalement ci-dessous, en y joignant une ou plusieurs photographies.

Formulaire de signalement

Pour améliorer le suivi de la dispersion du charançon de l’agave en Occitanie, la FREDON-OC fait appel à vos observations de terrain. Aidez-nous à cartographier les communes touchées par ce ravageur en nous signalant toute observation suspecte. Vous pouvez réaliser un ou des signalement(s) via le formulaire ci-dessous.

N’hésitez pas à prendre des photos des plantes infestées afin d’identifier le plus précisément possible l’insecte (photo en mode macro conseillée si présence de l’insecte, sinon photographie(s) d’ensemble des symptômes observés).

Présentation

Civilité :
  • M.
  • M.
  • Mme
Votre prénom
Votre nom :
Raison sociale :
Email :

Caractérisation du foyer

Espèces concernées :
Niveau d infestation communal (score de 0 à 5) :
0 : faible ; 5 : très élevé
Tendance évolutive :

Localisation du foyer

Commune concernée :
Code postal :
Date d'observation
Envoyer un document

Moyens de lutte

Lutte biologique

Il existe différentes spécialités commerciales efficaces à base des nématodes parasitoïdes Steinernema carpocapsae (Palmanem®, Carpocapsae system®), S. feltiae (Entonem®) et du champignon Beauveria bassiana (Ostrinil® réservé aux professionnels).

Les produits à base de nématodes doivent être dilués pour pulvérisation en préventif et curatif. Pour plus d’informations quand aux préconisations d’utilisation de ces produits, se rendre sur la fiche technique des produits disponible sur internet.

Contrôle cultural

Les végétaux attaqués de façon avancée doivent être coupés ras puis broyés et/ou brulés afin de détruire les adultes et les larves. En cas d’attaque partielle, seules les feuilles atteintes peuvent être coupées à la base et détruites (broyage et/ou incinération).

Surveillance par piégeage

Il est possible de réaliser un piégeage de la même manière que pour le charançon rouge du palmier (type Rhynchonex® – phéromone + kairomone + appât), afin de détecter la présence du ravageur sur la zone et de réduire la quantité d’adultes.

En France, le charançon des agaves Scyphophotus acupunctatus n’est pas un organisme réglementé. Il s’agit d’un danger sanitaire de troisième catégorie. La lutte contre ce ravageur n’est pas obligatoire.

Réglementation

En France, le charançon des agaves Scyphophotus acupunctatus n’est pas un organisme réglementé. Il s’agit d’un danger sanitaire de troisième catégorie. La lutte contre ce ravageur n’est pas obligatoire.