L’AOC Languedoc s’engage sur des clauses environnementales
L’AOC Languedoc s’engage sur des clauses environnementales

L’AOC Languedoc s’engage sur des clauses environnementales

Face aux évolutions climatiques et aux enjeux de l’eau, le syndicat de l’AOC Languedoc donne un coup d’accélérateur à l’engagement collectif des vignerons dans des pratiques culturales durables avec pour objectif de modifier son cahier des charges. Le syndicat, qui vient de remporter un appel à projet européen d’un montant de 300 000 euros pour accélérer ce processus, fait office de pionnier. C’est en effet la première appellation française de cette taille à engager une démarche de ce type.

Evolution du climat, raréfaction des ressources et préservation de la ressource en eau, diminution des rendements, hétérogénéité des récoltes ou encore exigences du consommateur vis-à-vis de sa santé : les faits sont sans appel. « Il nous faut tous changer nos pratiques culturales. Nous n’avons plus le choix si nous voulons assurer la pérennité de notre vignoble, contribuer à la valorisation économique de notre appellation et consolider la confiance du grand public à l’égard de nos vins », souligne Jean-Benoît Cavalier, président du syndicat de l’AOC Languedoc.

UNE PREMIERE EN FRANCE

Jusqu’à présent, le cahier des charges concernait le produit et non son environnement. Depuis février 2017, il peut inclure des clauses agro-environnementales en lien.avec le terroir. « Le comité vin de l’Inao (Institut national de l’origine et de la qualité) a d’ores et déjà validé huit mesures** dont la procédure d’intégration dans le cahier des charges sera simplifiée », indique Catherine Richer, déléguée territoriale Occitanie Inao. C’est la première fois en France qu’une appellation de cette taille s’inscrit dans un projet de ce type. Quatre départements, 531 communes et 6000 vignerons sont concernés. Pour Catherine Richer, « l’AOC Languedoc est dans son rôle de pionnier ».

SUR LES ZONES DE CAPTAGES

« En 2017, 80 % de la surface totale de l’aire de captage est entretenue sans herbicide. En 2000, c’était 3 %. C’est bien la preuve qu’introduire des clauses environnementales dans le cahier des charges de l’AOC Languedoc est possible. » indique Michel Wack, gérant de La Bergerie de Fenouillet à Vacquières

 

> Le site web de l’AOC