Le Feu Bactérien

Le feu bactérien

feu_bacterien1

Nom vernaculaire : Le Feu Bactérien

Agent pathogène : bactérie Erwinia amylovora (Burrill) (Winslow et al.)

Plantes hôtes : les poiriers, les pommiers et les cognassiers ainsi que certaines plantes sauvages (aubépines et sorbiers) et d’ornement (Cotoneaster, Pyracantha, Stranvaesia, Chaenomeles, Photinia, etc.)

Vecteurs : la pluie, le vent, les insectes, les animaux, l’Homme …

Impacts : dessèchement des rameaux et dépérissement de l’arbre.

Généralités

La bactérie contamine l’arbre ou la plante essentiellement par la fleur mais aussi par l’extrémité des pousses en croissance, par des ouvertures naturelles ou des blessures.

La bactérie progresse dans les rameaux puis les branches fruitières, les charpentières et passe dans le tronc et le système racinaire.
Au niveau des parties ligneuses de l’arbre, les zones infestées présentent un affaissement et un aspect humide.

A la fin de la saison, des chancres se forment dans ces zones et la bactérie y passe l’hiver. Au printemps et en été, ces chancres sécrètent des exsudats contenant un grand nombre de bactéries. Erwinia amylovora atteint son développement optimum vers 24-27°C. Les bactéries survivent dans l’arbre tant que celui-ci est vivant.

Le développement d’Erwinia amylovora freine la montée de la sève élaborée au dessus des zones atteintes.

Dissémination

Ces bactéries sont disséminées par l’eau, le vent, les insectes et l’Homme.

Le développement d’Erwinia amylovora dans un verger peut être favorisée par :

          • un excès d’humidité : irrigation excessive et mauvais drainage des sols,

          • l’arrosage par aspersion,

          • une taille sévère,

          • les rejets des porte-greffes qui permettent un accès rapide aux racines,

          • un excès d’azote,

          • une floraison secondaire abondante.

Les symptômes

Les symptômes sont les plus importants sur poiriers.

feu_bacterien

Sur feuilles

Sur les parties atteintes, les feuilles brunissent (poirier) ou roussissent (pommier) et prennent un aspect brûlé. Les rameaux atteints se recroquevillent en forme de crosse, caractéristique de cette maladie.

feu_bacterien3

Sur l’écorce

La maladie progresse dans les rameaux, les branches et le tronc. La maladie se traduit par un affaissement de l’écorce, des chancres se forment au niveau de ces zones. Des exsudats d’aspect laiteux à brun-jaune coulent des chancres. Sous ces chancres, les tissus infectés sont brun-rouge, humides et luisants.

feu_bacterien4

Sur inflorescences et jeunes pousses

Pendant la floraison, les bouquets floraux noircissent ; les jeunes pousses se dessèchent et se recourbent en crosse.

Moyens de lutte

Il n’existe pas de traitement curatif efficace pour lutter contre le feu bactérien.

Pour connaître la liste des préparations phytosanitaires homologuées pour lutter contre E. amylovora, se référer au site : E-Phy.

Préconisations

• Les organes atteints doivent être coupés à environ 1m en dessous des symptômes apparents et brûlés sur place ;

• les plaies doivent être recouvertes avec un produit favorisant la cicatrisation de l’arbre ;

• les mains et les outils de coupe doivent être désinfectés à la javel ou à l’alcool ; les vêtements lavés et changés régulièrement ;

• les plantes fortement atteintes doivent être rapidement arrachées et brûlées sur place ;

• les fruits non récoltés doivent être ramassés pour éviter d’attirer les oiseaux (un des vecteurs de la maladie).

• Ne planter que des variétés tolérantes (les variétés sensibles sont interdites à la plantation).

• Du fait de la grande facilité de transmission de cette maladie, il convient de détecter précocement les foyers pour ralentir sa progression.

Réglementation

La bactérie Erwinia amylovora est inscrite en annexe de la Directive 2000/29/CE modifiée. Il s’agit, au titre de l’Arrêté du 21 décembre 2017, d’un danger sanitaire de deuxième catégorie. C’est à ce titre un organisme contre lequel la lutte est obligatoire en tout lieu et tout temps sur végétaux sensibles, conformément à l’Arrêté du 31 juillet 2000 modifié par l’Arrêté du 25 Août 2011.

Dans ce cadre, la FREDON et ses fédérations départementales réalisent des inspections en vergers de fruits à pépins et de haies de végétaux sensibles, afin de s’assurer de l’absence de cet organisme nuisible réglementé notamment dans les pépinières et leur environnement proche, conformément aux exigences de l’Arrêté du 22 Novembre 2002 modifié par l’Arrêté du 18 mai 2004.